En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Le Manemeur
 

Actualités

Présentation

Les sections

Rétrospectives

Administration

Visites

 1418097 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Le Manemeur

Compte rendu de la randonnée botanique

Samedi 09 juin 2018
¤¤¤

Au Manémeur
Ciel clément, température estivale et soleil brûlant pour cet après-midi quiberonnaise, à l’orée du village du Manémeur.  Nous sommes 14 à nous engager dans les chemins de la lande herbue, à deux pas de la côte sauvage, là où ‘Jean et Jeannette’ deux grands menhirs, deux amants pétrifiés selon la légende, se tournent le dos depuis plus de 5000 ans.

Monique et Michel ne sont pas venus les mains vides, ils nous proposent quelques espèces de gesses et de vesces récoltées le matin même et ce large aperçu sera complété sur le terrain par quelques autres espèces de ces deux mêmes genres, représentatifs de l’immense famille des Fabacées.

goupe.jpg

La famille des Fabacées héritière des légumineuses et des Papilionacées.

Avant Linné, la multitude de plantes dicotylédones dont les fleurs rappellent la morphologie des papillons (pétales en casque, ailes et carène, comme celle des pois) avaient été baptisées Papilionaceae par Joseph Piton de TOURNEFORT en 1694. Mais en 1789, trente six ans après la publication de Species Plantarum par Carl Von LINNÉ, Laurent Antoine de JUSSIEU reclassa sous le terme de Leguminosae (du latin legumen : légumes) toutes les plantes dont les fruits sont des gousses de toutes formes et de toutes tailles.

En 1854, un groupe de botanistes tenta de diviser les légumineuses en 3 familles distinctes. Les Fabaceae, les Mimosaceae et les Caesalpiniaceae, Pour tenir compte des différentes formes de fleurs (Papillons, semi-papillons ou pompons du type mimosa) mais cette réforme très utilisée dans beaucoup de pays ne s’imposa pas en raison de l’opposition des pays anglo-saxons, qui préférèrent conserver la famille unique des Leguminosae et 3 sous-familles : Faboidae , Mimosoidae et Caesalpinoidae.  

En 1981, en classification classique, Cronquist persiste et ne retient le nom de Fabaceae (Stricto sensu) que pour 12.000 espèces de légumineuses et conserve les familles Minosaceae et  Caesalpiniaceae.

Mais en classification philogénétique, je ne retiendrais aujourd’hui que la classification du groupe A.P.G. II (2003), qui regroupe les 18.000 espèces de légumineuses en une seule famille : les FABACEAE riche de 3 sous-familles aux noms modifiés de Faboideae, Mimosoideae et Caesalpinioideae.  

Cependant,  APG II admet comme synonymes valides : Leguminosae pour la famille et Papilionoideae pour la sous-famille des Faboideae.

La famille des Fabaceae est une des plus utiles à l’homme. Non seulement les légumineuses ont la faculté d’enrichir les sols par la captation de l’azote de l’air et son stockage en nodules racinaires, d’où leur emploi en qualité d’engrais vert tel que les trèfles, vesces, gesses, luzernes ou les mucunas en pays tropicaux, mais on compte parmi leurs rangs un grand nombre de plantes alimentaires, fourragères et industrielles : pois, fèves, haricots, lentilles, lupins, lotiers, Luzernes, vesces, vesces, arachides et soja par exemple.

Leurs qualités nutritionnelles, notamment en vitamines B et C, leurs glucides (sucres lents) et les protéines végétales très présentes, en font des aliments précieux tant pour l’homme que pour le bétail. Le seul soja, oléagineux et protéinique représente plus de 200 millions de tonnes de commerce mondial annuel (cf. port de commerce de Lorient). Par ailleurs, en agroforesterie, des bois nobles tels que les palissandres, appartiennent à la famille et les acacias occupent également une place importante dans l’équilibre écologique des régions chaudes et sèches, les cassias et acacias participent aussi de plus en plus à la restauration des sols tropicaux dégradés, en Asie, en Afrique et en Amérique tropicale.

Liste des plantes rencontrées ce jour en commençant par le bord de route :
Silène de France  (Silene gallica L.)  Caryophyllaceae
Bugrane 'Arrête bœuf '   {Ononis spinosa ssp. maritima [L.  (Dumort. exPiré)] P. Fourn.Dum.}  Fabaceae  
Luzerne cultivée (Medicago sativa L.)  Fabaceae
Matricaire maritime  (Matricaria maritima ssp. maritima L. = Tripleurospermum maritimum)  Asteraceae
Bartsie visqueuse  [Parentucellia viscosa  (L.) Caruel]  Orobanchaceae

bugrane.jpg bartsie_visqueuse.jpg matricaire_maritime.jpg
Bugrane 'Arrête bœuf ' Bartsie visqueuse Matricaire maritime 


Erythrée maritime [Centaurium maritimum (L.) Fritsch.] – Petite centaurée peu commune à fleurs jaune pâle protégée (LRMA)ot. 14
Carotte sauvage (Daucus carota sp. Carota  L.)  Apiaceae    Très commune Phot. 18
Ravenelle  (Raphanus raphanistrum L.)    Brassicaceae
Herniaire ciliée ou H. maritime   (Herniaria ciliolata, Melderis) Caryophyllaceae

erythree_maritime.jpg carotte_sauvage.jpg
Erythrée maritime Carotte sauvage


Le long de la Piste cyclable

Clinopode commun (Clinopodium vulgare L.) Lamiaceae  - Commune
Cirse lancéolé ou Cirse commun [Cirsium vulgare (Savi)Ten.]  Asteraceae
Mauve officinale  (Malva sylvestris L.)  Malvaceae
Mélilot à petites fleurs  [Melilotus indicus (L.) All.]  Fabaceae
Orge des rats  (Hordeum murinum L.)  Poaceae
Matricaire sans ligules  (Matricaria discoidea  DC)  Asteraceae

clinopode_commun.jpg melilot_petites_fleurs.jpg matricaire_sans_ligule.JPG
Clinopode commun Mélilot à petites fleurs  Matricaire sans ligules 


Knautie ou Scabieuse des champs [Knautia arvensis (L) Coulter]Phot. 20
Picride fausse vipérine  (Picris echioides L.)  Asteraceae -Très commune Phot. 22
Molène 'Bouillon blanc'  (Verbascum thapsus L.) Scrophulariaceae
Asperge officinale  (Asparagus officinalis  L.)  Asparagaceae Phot. 25

knautie.jpg picride.jpg asperge_officinale.jpg
Knautie ou Scabieuse des champs Picride fausse vipérine Asperge officinale 


Torilis noueux [Torilis nodosa (L.) Gaertner]  Apiaceae  
Torilis des champs [Torilis arvensis (Huds.) Link]  Apiaceae
Alysson maritime   [Lobularia maritima (L.) Desv.]
Lotier des fanges  (Lotus pedunculatus, Cav. = Lotus uliginosus, Schkuhr)  Fabaceae
Achillée millefeuilles  (Achillea millefolium L.) Asteraceae
Lavatère Mauve Royale (Lavatera arborea L.) Malvaceae  

lotier_des_fanges.jpg achille__mille_feuilles.jpg
Lotier des fanges Achillée millefeuilles

                     
Chiendent du littoral [Elytrigia atherica (Link) Kerguelen ex Carreras] – ou Agropyron pycnathum. Les synonymes sont nombreux. Gabriel Rivière lui même parle de taxonomie confuse. Cette plante comme ses proches cousins le chiendent rampant et le chiendent des sables a été rattachée aux genres Elymus et Agropyron notamment bien que le genre Elytrigia soit préféré. Le chiendent rampant serait : Elytrigia repens et le chiendent des sables, Elytrigia juncea.

Autour le la mare

Renoncule à flls d'ophioglosse (Ranunculus ophioglossifolius Vill.)  Ranunculaceae
Œnanthe fistuleuse  (Œnanthe fistulosa L.)  Apiaceae
Silène fleur de coucou  (Lychnis flos-cuculi L.)  Caryophyllaceae
Camomille romaine  [Chamaemelum nobile (L.) All.]  Asteraceae
Orchis à fleurs lâches  [Anacamptis laxiflora (Lam.) R.M. Bateman, Pridgeon & M.W. Chase

oenanthe_fistuleuse.jpg silene_fleurs_coucou.JPG orchis_fleurs_laches.JPG
Œnanthe fistuleuse  Silène fleur de coucou Orchis à fleurs lâches 


Flûteau fausse renoncule [Baldellia ranunculoides (L.) Parl.]  Alismataceae
Gaudinie fragile [Gaudinia fragilis (L.) P. Beauv.]  Poaceae
Danthonie retombante [Danthonia decumbens (L.) DC in Lam. & DC]   Poaceae
Gaillet des marais  (Galium palustre  L.) Rubiaceae

fluteau_fausse_renoncule.jpg gaillet_marais.jpg
Flûteau fausse renoncule Gaillet des marais


Et puis nous avons observé beaucoup de gesses et de vesce. Un ‘aparté’ pour mieux les reconnaitre :

Les gesses et les vesces
Revenons aux Fabacées. Cette sortie a été riche en observation de Gesses et de Vesces. Il n’est pas inutile de faire le point sur ces 2 genres très voisins et leurs différentes espèces dont plus d’une douzaine est plus ou moins présente en Morbihan sud.

Vesce fausse gesse (Vicia lathyroides L.) Photo 5
Vesce en épis ou Pois des crapauds (Vicia cracca L.)  Fabaceae Phot. 2
Vesce hérissée  [Vicia hirsuta (L.) S.F. Gray]  Fabaceae Phot. 4 

vesce_fausse_gesse.jpg vesce_epis.jpg vesce_herissee.jpg
Vesce fausse gesse Vesce en épis ou Pois des crapauds Vesce hérissée

 
Vesce cultivée  (Vicia sativa L.)  Fabaceae
Vesce à feuilles étroites  [Vicia sativa ssp. nigra (L.) Ehrh.]  Syn. : Vicia angustifolia – souvent CV cultivés
Vesce jaune  (Vicia lutea L.)  Fabaceae
Vesce à 4 graines  [Vicia tetrasperma (L.) Schreber]  Fabaceae

vesce_jaune.jpg vesce_cultivee.jpg vesce_4_graines.jpg
Vesce jaune Vesce cultivée Vesce à 4 graines


Vesce de Bithynie  (Vicia bithynica L.)  Fabaceae
Vesce des haies  (Vicia sepium L.)    Peu commune très rare chez nous.
Gesse des prés (Lathyrus pratensis L.)  Fabaceae
Gesse sans feuilles  (Lathyrus aphaca L.)  Fabaceae

vesce_bithynie.jpg gesse_sans_feuille.jpg
Vesce de Bithynie Gesse sans feuilles 


Gesse à larges feuilles  [Lathyrus latifolius (L.) Hort.) – Fabaceae
Gesse de Nissole  (Lathyrus nissolia L.)  Fabaceae
Gesse tubéreuse  (Lathyrus tuberosus L.)  Fabaceae

gesse_larges_feuilles.jpg gesse_tubereuse.JPG OKgesse_nissole.jpg
Gesse à larges feuilles Gesse tubéreuse Gesse de Nissole

De proches cousins
Gesses et vesces se ressemblent. Leurs fleurs à étendard, ailes et carène (type fleur de pois) se ressemblent beaucoup. Ce sont quasiment toutes des plantes herbacées et rampantes ou grimpantes.
Un spécialiste (connu) du web, explique ainsi les quelques différences plus ou moins faciles à reconnaitre entre les 2 genres : les gesses ont des grandes folioles (de 1-5 paires) et la tige ailée, tandis que les vesces on de petites folioles (de 3 à 12 paires) et la tige non ailée. Donc si les folioles sont nombreuses on a probablement affaire à une vesce.
En consultant une flore, on peut aussi distinguer une différence dans les nervures secondaires plus ou moins digitées (en éventail) pour les gesses et absentes ou pennées pour les vesces.
Au niveau de la fleur, munissez vous d’une loupe, il faut observer le tube des étamines (chez les Papilionacées les filets des étamines sont généralement soudées entre elles et forment un tube autour du pistil). Il est coupé à angle droit chez les gesses et oblique chez les vesces.
Ainsi, en se limitant aux espèces présentes dans la région, le tableau ci-dessous peut vous aider à vous y retrouver.

tableau.jpg


Le genre Vicia (les vesces) comprennent environ150 espèces dans les zones tempérées et tropicales du monde. Le genre Lathyrus (les gesses) en compteraient plus de 200 en climats tempérés, essentiellement.
Gabriel Rivière dans l’Atlas floristique du Morbihan en recense 11 espèces dans chacun des genres. Quelques unes sont rares ou absente des mailles dans lesquelles se déroulent nos randonnées.


Date de création : 23/06/2018 @ 11:19
Catégorie : Rétrospectives - Sorties Botaniques-Année 2017-2018

Vous êtes ici :   Accueil » Le Manemeur

Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Foyer Laïque de Carnac - Association loi 1901 - Tél : 02.97.52.63.48 - foyerlaique.carnac@free.fr